Jean-Jacques Deleeuw

Président des Octaves de la Musique

« Je me souviens très bien de la première édition.

A l’époque, nous avions décidé de ne consacrer qu’un seul artiste, celui de la révélation de l’année. Il s’agissait de Casimir Liberski, un jeune pianiste de jazz, qui n’avait que seize ans à ce moment-là.  Casimir est particulièrement doué et fait aujourd’hui plus carrière aux Etats-Unis qu’en Belgique. C’était émouvant de voir couronné ce jeune homme un peu gauche. Pour l’occasion, une émission de radio en direct avait été organisée avec Pascal Vrebos et Barbara Mertens. J’en garde un très bon souvenir.

Je me souviens également de la cérémonie de 2006. Cette année-là, nous avions organisé l’événement dans le Théâtre de Mons. Il y avait énormément de monde et cela prenait du temps de les faire entrer dans la salle. Du coup, Elio Di Rupo (bourgmestre de la ville à l’époque), est intervenu en repoussant lui-même les tables afin de laisser entrer tout le monde d’un seul coup. Durant la soirée, Lio s’est retrouvée sans ses musiciens (ils avaient raté leur train et n’avaient pu arriver qu’à la fin du spectacle) et a du se débrouiller avec quelques amis artistes qui étaient présents. La soirée s’est terminée dans un restaurant dans le centre de Mons dans une très bonne ambiance.

Je repense aussi à beaucoup de moments touchants que nous avons connu durant les diverses cérémonies des Octaves : l’octave d’honneur décerné à Pierre Rapsat (sa famille était présente et des artistes ont chanté à sa mémoire), l’hommage qu’Alec Mansion a rendu à Paul Louka, l’évolution des artistes qui n’en étaient à l’époque qu’à leurs débuts et qui ont fini par exploser (Girls in Hawai, Ginzu, etc) et les discours particulièrement émouvants et enthousiastes des rappeurs.

J’ai eu l’occasion de rencontrer un groupe d’électro assez atypique : Alek et les japonaises.

Ils avaient l’air de venir d’une autre planète, je les ai trouvés époustouflants. Ils étaient très charmants et semblaient assez contents d’être là.

Ce que j’aime réellement dans l’esprit des Octaves, c’est le mélange des genres musicaux. Les Octaves sont un mixe qui combine les musiques de tous types, qu’elles soient commerciales ou non. »